© 2019  Création ENDAT  Conformément à la loi RGPD, ce site collecte des cookies via Wix

LES TROUBLES DU COMPORTEMENT ALIMENTAIRE

 

Les troubles du comportement alimentaire (TCA) touchent 600 000 personnes en France. Ces troubles entraînent des conséquences physiques  et psychologiques. Les TCA présentent souvent des comorbidités (symptômes anxieux et dépressifs) et des traumatismes (violences physiques et/ou sexuelles). Les TCA sont les troubles psychiques présentant le taux de mortalité le plus important, notamment en raison d’un grand nombre de suicides (Arcelus, Mitchell, Wales & Nielsen, 2011). Une prise en charge pluridisciplinaire et globale est donc nécessaire puisqu’autant de dimensions de la personne sont touchées par les TCA.

L'anorexie mentale

La boulimie

L'hyperphagie

L'orthorexie

Le pica

Le mérycisme

Le grignotage pathologique 

Le trouble de l'évitement et de la restriction 

L’OBÉSITÉ

Selon l’OMS (organisation mondiale de la santé) et le HAS (haute autorité de santé), en France 1 français sur 2 est en surpoids dont 1,7 millions d’enfants en France et  15% en obésité. Les chiffres sont alarmants. À l’échelle mondiale, les cas d’obésité ont triplé depuis 1975. En 2016, environ 2 milliards d’adultes personnes étaient en surpoids dont 650 millions étaient obèses.

L’obésité est une maladie chronique complexe, d’origine multifactorielle qui s’aggrave avec le temps, elle est souvent associée à d’autres pathologies ou problématiques de santé : diabète, hypertension, maladies cardiovasculaires et respiratoires, atteintes articulaires sources de handicaps, apnée du sommeil et mêmes certains cancers. 

Nous avons mis en place un programme de prévention du surpoids et de l'obésité, le SUROB.

LE DIABETE

En France, plus de 3,7 millions de personnes diabétiques prenaient un traitement médicamenteux pour un diabète. Cette prévalence ne cesse d’augmenter en France, particulièrement chez les hommes, les jeunes (<20 ans) et les plus âgés (>80 ans).

  •  le type 1 (environ 6 % des cas de diabète) survient essentiellement chez l’enfant ou l’adulte jeune.  C’est pourquoi il a un début souvent aigu chez l’enfant et l’adolescent, en particulier chez les plus jeunes, avec une aggravation très rapide vers l’acidocétose. Les injections d’insuline sont vitales chez ces personnes ;

  • le type 2 qui est la forme la plus fréquente (environ 92 %), survient essentiellement chez l’adulte mais peut apparaître également dès l’adolescence. Il peut évoluer sans symptôme pendant plusieurs années.  

On dénote une association importante entre le diabète et les TCA. En effet, les patients atteints de diabète de type 1 (DT1) sont considérés à haut risque de développer un TCA comme l’anorexie, la boulimie ou un autre trouble spécifié de l’alimentation et des conduites alimentaires.  Alors que ceux présentant déjà des symptômes d’un TCA, comme l’hyperphagie boulimique (HB) ou le trouble de l’alimentation nocturne (ou Night Eating Syndrome (NES)), sont plus à risque de développer un diabète de type 2 (DT2). Un patient diabétique de type 1 atteint d’un TCA présente plus de risques pour la santé qu’un patient atteint seulement d’un TCA.